La newsletter ne s'affiche pas correctement ? (cliquez-ici)
Facebook Aidons Marina
www.aidonsmarina.com

 EFFARANT !!!


Suite aux débats de ce mercredi 19 novembre en Commission des Affaires sociales, c'est officiel : le parti socialiste et les écologistes s'opposent à une proposition de loi qui, en garantissant un fonds dédié à la recherche sur les cancers pédiatriques, pourrait pourtant offrir de vastes débouchés thérapeutiques... (lire la proposition de loi n°1187 de J.C. Lagarde)

Quelle société fabriquons-nous si nous ne prenons pas soin de nos enfants ?

Il s'agit pourtant d'un combat apolitique et M. Lagarde l'a bien compris. Seul l'intérêt des enfants prime. 

PRENEZ LE TEMPS DE LIRE CE QUE SUIT...
Nous avons besoin de vous maintenant


L'association EVA POUR LA VIE, dont nous sommes très proches au vu des intérêts que nous défendons, dresse un constat qui ne fait pas honneur à notre classe politique dirigeante :

Le texte du député Jean-Christophe Lagarde comprend 3 articles (le 1er sur le financement de la recherche, le 2nd sur l'individualisation, le 3ème est d'ordre technique). Malgré les arguments forts et l'ouverture d'esprit de ce député que nous soutenons totalement dans cette démarche 100% APOLITIQUE, nous sommes attristés de constater que les députés "socialistes" suivants n'ont pas fait dans la dentelle en déposant 3 amendements lapidaires, qui tiennent en 3 mots, pour vider la proposition de loi de son contenu : "supprimer cet article" !

Voici les députés co-signataires de ces amendements
Mme Michèle Delaunay, M. Aboubacar, M. Aviragnet, M. Aylagas, M. Bapt, Mme Biémouret, Mme Bouziane, Mme Bulteau, Mme Carlotti, Mme Carrillon-Couvreur, Mme Clergeau, M. Cordery, Mme Françoise Dumas, M. Ferrand, Mme Hélène Geoffroy, M. Gille, Mme Huillier, Mme Hurel, M. Hutin, Mme Iborra, M. Issindou, Mme Khirouni, Mme Laclais, Mme Lacuey, Mme Le Houerou, Mme Lemorton, M. Liebgott, Mme Louis-Carabin, Mme Orphé, Mme Pane, Mme Pinville, M. Robiliard, M. Sirugue, M. Touraine, M. Véran et M. Vlody.
Nous sommes particulièrement choqués par les propos de la députée Michèle Delaunay, médecin de formation, qui a représenté le groupe PS et qui n'a jamais répondu à aucune sollicitation.

Contrairement à ce qu'affirme Madame la députée, un financement dédié à de la recherche (pour la prévention et des traitements) spécifique aux cancers pédiatriques n'oppose pas oncologie générale et oncologie pédiatrique ! Elle "booste" simplement cette dernière, sachant que cela pourrait également être au profit de la première.

En effet, un chercheur INSERM, expert dans la recherche sur certains types de cancers pédiatriques, indiquait récemment ceci : 
"Le cancer est une maladie du génome. Il est constitué de cellules anormales portant des anomalies génomiques comme des mutations ou des translocations chromosomiques. Des études ont clairement montré que ces anomalies sont beaucoup moins nombreuses chez l'enfant que chez l'adulte. Cette différence est due au fait qu'au cours de leur vie et selon leur environnement, les cellules d’un individu subissent des "attaques" chimiques et accumulent des altérations moléculaires au sein de leur génome. Plus un individu est âgé et vit dans un environnement à risque (tabagisme, amiante, infections...), plus ses cellules contiennent d'anomalies génomiques. Il y a, par exemple, plusieurs millions d’anomalies génomiques dans les cellules cancéreuses pulmonaires d’un fumeur et moins de cinq dans une tumeur du foie chez l’enfant. Comme seul un petit nombre de ces anomalies (appelées anomalies ou mutations « pilotes ») sont à l’origine du cancer, il est donc logiquement beaucoup plus facile de déceler ce type d’anomalies dans les cellules cancéreuses d’un enfant que dans celles d’un adulte. Les cancers de l’enfant sont donc une forme simplifiée des cancers de l’adulte et par conséquent d’excellents modèles pour identifier ces anomalies « pilotes » et confirmer leur rôle dans le cancer. Ces anomalies étant responsables de la maladie, ce sont des cibles thérapeutiques de grand intérêt à partir desquelles de nouveaux médicaments vont être développés. Identifier l’ensemble des anomalies « pilotes » dans les cancers pédiatriques est donc une étape clé en cancérologie qui aura inévitablement des retombées médicales en clinique pour les enfants atteints de cancers, mais également pour les adultes. Soutenir fermement la recherche sur les cancers de l’enfant aujourd’hui est donc un enjeu majeur dans la lutte contre le cancer de demain."

Voici la liste des amendements déposés par le PS
http://www2.assemblee-nationale.fr/recherche/amendements#listeResultats=tru&idDossierLegislatif=30532&idExamen=2758&numAmend=&idAuteur=&idArticle=&idAlinea=&sort=&dateDebut=&dateFin=&periodeParlementaire=&texteRecherche=&zoneRecherche=tout&nbres=10&format=html&regleTri=ordre_texte&ordreTri=croissant&start=1

Le PS étant majoritaire au sein de la commission, ces amendements ont donc été adoptés, ce qui complique les choses mais n'empêche pas le débat à l'Assemblée Nationale, durant la niche parlementaire UDI le 27 novembre prochain.
Y aura t'il d'ici le 27 novembre un sursaut d'humanité de la part de députés qui ont totalement oublié le sens de l'intérêt général, de la protection de vies d'enfants et d'adolescents ?
Pour cela, nous avons besoin de VOUS TOUS : contactez par téléphone ou mail vos députés PS et écologistes (puisque le problème vient désormais d'eux), rencontrez-les, sensibilisez les, partagez la pétition ...
2 MINUTES SUFFISENT : signez et faites signer la pétition, interpellez vos députés et faites passer le message à tous vos contacts. 
Faites vite ! La discussion dans l'hémicycle de l'Assemblée Nationale est prévue jeudi prochain, le 27 novembre.
 


Si vous avez loupé les débats, nous vous laissons juger par vous-même en regardant la vidéo : http://videos.assemblee-nationale.fr/video.6092

Un financement dédié à de la recherche pour la prévention et des traitements spécifiques aux cancers pédiatriques est indispensable. Aux USA, en avril 2014, Barack Obama a signé une proposition de loi dont les budgets (pourtant déjà un peu moins mauvais qu'en France) seront alloués aux maladies pédiatriques : Gabriella Miller Kifs 1st research act. Les membres du congrès américains, républicains et démocrates, se sont avant tout intéressés à l'intérêt supérieur de l'enfant, alors que les USA sont souvent considérés comme un pays très capitaliste !
Pour l'instant, rien de tel de la part des députés de la majorité actuelle qui ont souvent cité l'importance des firmes pharmaceutiques (farouchement opposés à la proposition de M. Lagarde), qui n'agissent pas en faveur de la recherche pour les cancers les plus mortels chez les enfants.
Le combat continue ! Nous comptons sur vous !

RAPPEL DE QUELQUES INFOS CLES, CHIFFRES, CONSTATS...

Chaque année en France, près de 2500 enfants et adolescents sont diagnostiqués d’un cancer : plus de 500 d’entre eux en décèderont, faute de traitement adapté. C’est la 1ère cause de mortalité des enfants par maladie.

Le taux de survie moyen, de 72% sur 10 ans, stagne depuis le milieu des années 90 et caches d'énormes disparités. En effet, si le taux de guérison de certains cancers pouvant se "soigner" avec des traitements pour adultes a progressé en 30 ans (par exemple, 80% des leucémies), il n'en n'est rien pour les cancers nécessitant des traitements spécifiques. Par exemple, les tumeurs du tronc cérébral emportent 50 enfants chaque année, avec un taux de guérison proche de 0%. En France, seule une radiothérapie palliative est proposée, et la recherche piétine.

Les firmes pharmaceutiques n'investissant pas sur le sujet, le député Jean-Christophe Lagarde propose donc que les travaux d'équipes publiques de recherche puissent être financés par une contribution mineure sur le chiffre d'affaires des firmes pharmaceutiques, indolore pour le consommateur. 

En effet, celles-ci, malgré un chiffre d'affaires en hausse constante (53 milliards d'euros/an) et des marges nettes avoisinant les 20%, n'investissent pas dans cette recherche, la considérant comme peu rentables. Les mesures incitatives, telles que le règlement pédiatrique européen de 2007, est un échec, comme l'indiquait dans un article la revue PRESCRIRE, composée de professionnels de santé indépendants des lobbyings.

RAPPEL DU CONTENU DU PROJET DE LOI N°1187 DE J.C. LAGARDE
- Le 1er article définit l’établissement d’une contribution mineure (0,1% du C.A) sur la vente des médicaments, aux fins de financer des actions spécifiques de recherche dans la lutte contre les cancers pédiatriques. Elle serait intégralement prise en charge par les marges nettes des industriels du médicament (qui s’élèvent à + de 10 milliards d’euros par an pour 52 milliards de chiffre d’affaires) et ne serait pas répercutée sur le prix de vente au consommateur. Ces fonds serviraient en priorité à financer des projets de recherche sur les 30% de cancers pédiatriques qu’on ne sait pas guérir.

- Le 2nd article encouragerait une individualisation de la prise en charge du traitement des patients atteints de cancers pédiatriques, lorsque les protocoles sont voués à l’échec. Ceci permettrait aux médecins d’appliquer des traitements individualisés, et de « sortir des protocoles » si cela peut favoriser les chances de survie voire de guérison de l’enfant. La collaboration avec des confrères internationaux (médecins, chirurgiens, chercheurs) serait également facilitée.
Avec une telle loi, la France deviendrait un véritable modèle pour la recherche sur les cancers de l’enfant.

NOUS N'ATTEINDRONS NOTRE BUT QU'AVEC VOTRE SOUTIEN.
ALORS MERCI D'AVOIR PRIS LE TEMPS DE LIRE CES INFORMATIONS ET MERCI DE VOS ACTIONS.

 

Copyright © 2014 Aidons Marina, All rights reserved.
Vous recevez cet e-mail car vous êtes sur la liste de diffusion de la newsletter du site internet www.aidonsmarina.com

Notre adresse e-mail :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Se désinscrire

*|IF:REWARDS|* *|HTML:REWARDS|* *|END:IF|*






 

 

Billetterie en ligne